Pourquoi j’aime Pulau Pinang

Bienvenu à Penang

L’État de Penang est composé de deux parties séparées par le détroit de Penang :

  • Une partie insulaire constituée par l’île de Penang (en malais Pulau Pinang1) , laquelle est entourée d’un certain nombre d’îles plus petites (dont la plus importante est celle de Pulau Jerejak) ;
  • une partie continentale, située à l’extrémité sud du Kedah, constituant le Seberang Perai (terme signifiant « de l’autre côté de Perai », ce dernier nom qui désigne la ville située en face de George Town, la capitale, accueille la principale zone industrielle de l’État). Le centre-ville de George Town, la ville principale de l’île a été classé patrimoine mondiale de l’UNESCO en 2008.
  • Les villes principales y sont George Town, Butterworth et Bukit Mertajam  (source wikipedia )
  • Le centre-ville de George Town, la ville principale de l’île a été classé patrimoine mondiale de l’UNESCO en 2008Capture d’écran 2016-01-12 à 17.29.28

Appelée Pulau ( île ) Penang pour la distinguer de l’Etat Malaisien ,
les familiers préfèrent l’appelé simplement Penang, comme si tout l’Etat résidait dans ce morceau de territoire de 293 KM2, au pourtour de 80KM.

Rattachée à la terre par deux ponts immenses enjambant l’océan, elle est un île riche de cultures religieuses et culinaires diverses, suspendue entre traditions et modernité dans le respect de la nature.

IMG_0076

De nombreux « mall »  ( centres commerciaux ) y sont implantés, dont le principal « Gurney Plaza « , situé sur la promenade en front de mer au nord est de la côte.

Capture d’écran 2016-01-14 à 12.39.08

la ville connait actuellement une forte croissance immobilière : de nouveaux projets fleurissent au sud et sur la côte ouest de l’île.

Capture d’écran 2016-01-14 à 12.37.46

Les ressources économiques de l’île sont principalement liées au tourisme et aux cultures.

Mais il y a aussi une activité industrielle développée dans la zone de l’aéroport. Depuis que le gouvernement a mis sur pied ces zones spéciales à la fiscalité souple, de nombreuses multinationales s’ y sont installées : industries textiles (Esquel), chimiques (Plexus), informatiques (Dufu Tech) et électroniques (Flextronics), en provenance de toute l’Asie.

La ville est un mélange de couleurs et d’odeurs, fière de son passé et tournée vers la modernité.

11264887_10206513836155342_7700909975128568967_n

Une balade dans la ville vous fait découvrir les quartiers chinois et indien,  et le passé anglo-saxon de George Town.

Il existe de nombreux blogs et sites très intéressants qui font découvrir la richesse de cet île, le but n’est donc pas de faire la même chose, mais plutôt de vous faire ressentir le plaisir de vivre sur l’île de Penang.

voyage en malaise

Découvrir Penang

Georgetown

J’ai aussi écrit des articles sur des lieux à ne surtout pas manquer ici

Balik Pulau

Un lieu renommé est le site de Penang Hill, impossible de venir à Pulau pinang sans y passer un moment.

Le temple de Kek Lok Si

11246182_10206514639175417_1464841145281197842_n

11234863_10206518760878457_7258005478441563412_n

11229560_10206514323207518_4490957686569285320_n

Capture d’écran 2016-01-14 à 12.37.57

11401051_10206762438090235_799105233594531618_n

IMG_0013site officiel Penang hill

S’il est certain que Penang ne vous dépayse pas vraiment, car étant une île-ville moderne, ceux qui aiment comme moi la proximité avec la nature, ne peuvent que tomber sous le charme.

Quelque soit le lieu, la montage sauvage domine la mer.
Il n’existe que quelques routes la traversant, laissant la faune et la flore s’épanouir tranquillement sur une grande partie du territoire.

De nombreuses plages longent la côte depuis le Nord-Est jusqu’au Nord-Ouest, les plus célèbres se trouvant à Batu Ferringhi.

11225267_10206519677061361_4077929770260167760_n
Personnellement, c’est le côté que je préfère le plus, bien que chaque espace de la côte ait son charme.
Ses hauts condominium coincés entre montagne et mer, dominent la baie. Les couleurs sont changeantes, lumineuses ou déclinantes au gré du temps, on ne se lasse pas d’admirer l’horizon, que ce soit en direction de la végétation dense grimpant sur les flans de montagne, ou les bleus du détroit de malacca.

Le week-end, rien n’est plus simple pour organiser un petit pic-nic dans la nature.

Non loin de Batu Ferringhi se trouve le jardin botanique de Penang, un havre de paix et de verdure, avec des sentiers plongeant dans la forêt.

11350850_10206558750798180_4977609116398978020_n

11295645_10206558751078187_7858693898027069831_n

11119303_10206558749238141_6041510313495288901_n

Où les singes vivent tranquilles.

Si vous préférez écouter le bruit des vagues mourant sur la rive, alors prenez la direction de Monkey beach,

ou celle de Bidan Island, si vous préférez les sports aquatiques.

Vous avez envie d’un diner placé sous l’exotisme, direction Batu Ferringhi

IMG_0032

Vous avez envie d’avoir du choix : chinois, thai, indien ou malais?

Les food-court sont là pour éveiller vos sens.

11295905_10207015623571316_1056610137252613204_n

Et puis si vous vous trouvez à l’étroit, à moins d’une heure de voiture de l’île se trouvent des lieux magnifiques.

10410152_10207159810095889_5935155453515833074_n

10359390_10206702464870942_8422946504467865905_n

A deux heures de voiture,  à voir absolument le temple dans la grotte d’Ipoh.
Personnellement je le trouve plus beau que celui de Kuala Lumpur.

11262370_10207478863992037_6471941607377977174_n

11705165_10207478855431823_8874268558363719428_n

11709601_10207478858191892_3305731082080504484_n

11742693_10207478857791882_2979802592523646226_n

11745360_10207478857471874_7284425230432790618_n

11219688_10207478856471849_3083422613904764870_n

Vous comprenez maintenant pourquoi j’aime Pulau Pinang.

Si vous aussi vous avez envie de découvrir ces lieux magnifiques, je vous propose de visiter le site Hidden Malaysia

 

Week end à Koh Samui et balade au parc national Ang Thong

Capture d’écran 2016-01-05 à 19.02.15Nous partons pour un week end dans l’île nommée Koh Samui, au Nord Est de la Thaîlande, dans le Golfe du même nom, impatientes de pouvoir faire de nouveau du snorkeling au parc marin Ang Thong.

Notre hôtel « Mövenpick Resort », situé au Nord-Est de l’île, est éloigné des villages, ce qui nous permet de vivre loin de cette agitation permanente.

A peine arrivées, nous profitons déjà de la superbe vue et de la piscine chauffée par un soleil à peine voilé.

IMG_0666

IMG_0669

IMG_0668

Nous restons ainsi admirant le paysage jusqu’au couché du soleil.

IMG_0665

Le lendemain, nous avons prévu de louer un scooter, et de faire le tour de l’île en parfaites touristes.

scooter

L’île ne faisant qu’une superficie de moins de 230Km2, il nous a suffit d’une journée pour en faire le tour.

Nous nous arrêtons parfois sur le bord de la route pour profiter du paysage.

vue mer

Cependant, je dois avouer que ce qui m’a choqué en baissant légèrement les yeux debout au bord de ce monticule, c’est un amas d’ordures en contrebas.

Dans cette île qui pourrait être paradisiaque, les installations anarchiques des fils électriques le long des routes bordées de trous de pelleteuses et d’ordures parsemées le long des chemins ou dans la nature, donnent plutôt une vision de saleté et de croissance anarchique.

Même en visitant un temple je dois faire attention au cadrage de ma photo, car de nombreux sacs en plastiques sont jetés un peu partout au bord et dans la rivière.

Dans ce décor exotique, on ne peut qu’être attristé par le manque de respect de ceux qui ont ainsi souillé les lieux.

SIRENE SCENE BOUDHA3

IMG_0659 boudha2

Le dernier jour de notre voyage, nous partons en speed boat pour le Parc National Ang Thong, zone naturelle protégée composée de plus de 40 îles.

Le trajet d’une demi heure nous amène dans des chapelets d’îles, dont l’île principale cache un lagon.

Nous nous arrêtons sur l’île principale pour admirer d’un belvédère la vue magnifique, sans pouvoir toutefois espérer plonger dans ce lagon aux eaux vertes.

IMG_0568

IMG_0685

IMG_0569

Nous serons guidé vers un endroit moins intéressant pour y effectuer du snorkeling.

Etant d’une nature peu téméraire, je n’ai osé plonger dans l’eau qu’après être certaine que les nombreux ébats aquatiques des autres passagers avaient sans aucun doute chassé les fameuses « box jellyfish ».

Pour ceux qui ne connaissent pas encore cette charmante méduse, je vous souhaite de ne jamais la rencontrer en plongeant dans ses eaux de prédilection.

J’ai donc été déçue que la vue de la faune et de la flore aquatiques ne soit pas à la hauteur de ma crainte de cette méduse.

Je m’attendais à voir un spectacle au moins aussi beau que celui des Îles Perhentian, au nord-est de la Malaisie, avec des récifs bondés de poissons multicolores, des requins de récifs et des tortues marines.

Je me disais que pour ceux qui faisaient des milliers de kilomètres pour admirer la faune aquatique cela faisait cher du kilomètre, je leur aurais conseillé plutôt de visiter les îles aux nord-est et est de la Malaisie : Pulau Perhentian, Pulau Redang, Pulau Tioman.

îles perhentian

le lendemain matin, j’étais toutefois contente de retrouver mon île Penang.

Venez à Monkey beach

Ce que vous ne verrez pas sur Koh Samui dans les dépliants touristiques :

 

Frédérique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rester en « forme » après 50 ans

 

( âge 52 ans )
De nombreux articles traitent de la façon de rester en forme après 50 ans mais après lecture on se demande si les auteurs ont vraiment vécu ce parcours du combattant.
La cinquantaine passée, j’ai voulu aborder ce sujet en trouvant des réponses dans ma propre expérience, tout en m’appuyant sur des études.Voir son corps qui s’empâte à la taille, sentir son ventre gonfler sans raison apparente, et désespérer de trouver quelqu’un capable de résoudre l’énigme, est le lot des femmes entre 45 et 50 ans.

Après les bouleversements de la puberté, de la grossesse, bienvenue dans l’ère de la pré-ménopause.

Ce changement physique implique aussi des conséquences sur le bien être psychologique qui ne sont pas prises en compte par la médecine traditionnelle autrement que par des petites pilules roses.

J’ai recherché un long moment sur le net des informations qui pourraient m’aider à surmonter ce passage et surtout ne pas en vivre les inconvénients, mais je n’ai pas vraiment trouvé de réponse, seulement l’analyse du « pourquoi » hormonal quand je cherche le « comment » éviter cela.

Beaucoup de femmes se plaignent d’avoir pris entre 5 et 10 kg en période de pré-ménopause et ménopause : ce n’est plus alors une changement métabolique mais une révolution !

Qu’en est il vraiment?
Petite rétrospective sur l’évolution du poids au travers des âges.

« Dans notre étude du CERIS (en 1993), nous avons constaté que, entre 20 et 50 ans, la prise de poids moyenne est de 10,6 kilos. Mais, lorsque l’on regarde les courbes de progression du poids, on s’aperçoit qu’entre 20 et 60 ans, elles sont très harmonieuses, quel que soit le pays européen considéré, et ne subissent aucun pic, aucun affolement aux alentours de la cinquantaine ».

Si cette prise de poids s’avère donc régulière, la prise de poids constatée vers la cinquantaine ne serait que d’à peine 2 kg.

Pourquoi les femmes dans leur ensemble rendent responsable la pré-ménopause et la ménopause?

Toujours d’après cette étude « les courbes de prise de poids restent très linéaires et l’on voit que le fameux indice de masse corporelle (IMC) augmente très régulièrement de 20 à 60 ans, sans à-coup : il est de 21,3 à 20 ans, de 22,8 à 30 ans, de 24,5 à 40 ans, de 25,1 à 50 ans et de 26,35 à 60 ans. Je vous rappelle que le surpoids est défini par un IMC supérieur à 25.
L’entrée dans le monde du surpoids qui s’opère vers 50 ans, stigmatisée par l’accession au chiffre 25 de l’indice de masse corporelle déclenche une nouvelle perception de soi-même, avec le sentiment que, cette fois-ci, trop c’est trop !

Entre les grossesses et l’inactivité, la prise de poids peut s’expliquer aisément.
Quand on a 20 ans on a un rythme de vie plus soutenu, plus enclin à l’exercice physique, ne serait ce une bonne nuit à danser en discothèque.
Après sa première grossesse on a déjà du mal à perdre les 2 ou 3 kilos qui se sont installés et qui comptent bien rester.
Ajouter 2 kilos à la prochaine grossesse et nous voilà à la moitié du parcours.

Je me demande donc comment j’ai pu gérer mon poids durant plus de 20 ans?

Bon d’accord, j’avoue, à ma première grossesse j’avais pris 17 kilos : avec le « tout est permis c’est pour le bébé », comment ne pas résister au cake au chocolat, surtout quand je dois dire adieu à l’apéro du samedi soir.
Mais après l’accouchement, hors de question de conserver mon  » stock d’hiver » sur les hanches et les fesses !

J’ai toujours fait du sport depuis l’âge de 6 ans, c’était devenu un besoin vital, alors mon fils de 3 mois sous le bras je partais faire du jogging en forêt : ma mère poussait la poussette et moi je faisais autant d’aller retour en courant que je pouvais.
Beaucoup de « jeunes » mères de mon âge ( j’avais 24 ans ) avaient depuis la venue de leur enfant renoncé à toute activité sous prétexte d’avoir un emploi du temps over-booké.

Prétexte ou réalité?
L’heure du gouter était un moment partagé par les mères et leurs enfants : alors que les enfants étaient en plein croissance et dépensaient une énergie incroyable dans la cour de l’école, les mères, elles, soit étaient restées à la maison, soit assises derrière un bureau toute la journée.
Venait le week end où en général la journée de match de foot des poussins se terminait en apéro géant pour les parents ….c’est qui déjà qui avait joué durant 2 heures à courir comme un lapin sur le terrain de foot encore trop grand?

J’avais repris le travail dès les 3 mois de mon fils, ainsi que pour ma fille, née trois ans après.
Le soir, difficile de faire du sport, entre les devoirs et les repas, alors j’avais opté pour un repas de substitut le midi et une séance de sport en salle au moins 3 fois par semaine au minimum.

Je m’autorisais un apéro une fois par semaine, et je ne mangeais que très rarement des gâteaux et surtout jamais de confiseries, ni soda.
Combien de fois mes amies m’ont sermonnée :  » tu te prives de trop « , « tu ne profites pas des bonnes choses », « tu vas finir par être frustrée ».

Il est certain que l’option que j’avais choisi me demandait de renoncer à certaines bonnes choses, quoi que pour moi cette notion de « bonne » était toute relative.
Comment je pouvais ne pas éprouver de frustration à l’idée de me priver d’un si bon gâteau au chocolat?
Parce que rien qu’à l’idée de devoir courir au moins 1 heure pour éliminer ce « si merveilleux gâteau » me décourageait de le manger !
Bilan des courses : à 45 ans j’avais toujours le poids de mes 24 ans, avec une masse musculaire plus importante.

L’activité sportive est reconnue comme la meilleure alliée pour maintenir un poids de forme sans renoncer à quelques bons plats de temps en temps.
Augmenter sa masse musculaire ou du moins la préserver permet de conserver un métabolisme de base plus élevé, et donc une consommation énergétique plus importante.
Les spécialistes cependant n’arrivent pas à s’accorder sur ce qui est vraiment bénéfique ou non : certains pensent que la consommation de protéine tout au long de la vie permettrait de repousser l’âge de la ménopause, d’autres mettent en avant les inconvénients d’une trop grande consommation de protéines.
Entre toutes les versions, on a du mal à savoir quoi faire et comment le faire.
Ce dont je suis persuadée c’est que l’activité sportive est un atout à l’approche de la ménopause, et qu’elle ne peut pas être optimale sans un minimum de soutien diététique.
Chaque corps étant différent, chacune doit trouver ses « préférences » alimentaires, et lorsque je parle de « préférences » il ne s’agit pas ici de valeur gustative mais d’apports bénéfiques pour son corps.
Certaines n’aiment pas les laitages ou les digèrent mal, d’autres ne sont pas « carnivores », peu importe les tendances alimentaires, il ne faut pas oublier que le corps est un machine qui a besoin d’énergie représentée en glucide/Protéine/lipide.

Et cette activité physique est d’autant plus importante que la pré-ménopause et ménopause induisent des changements majeurs dans notre corps.

D’une part la carence hormonale qui laisse apparaître un grand nombre de symptômes tels que les bouffées de chaleur, les suées, l’insomnie, la fatigue… sont susceptibles d’induire un certain nombre de modifications à la hausse de notre alimentation, tant sur le plan quantitatif que qualitatif.

D’autre part la crise existentielle à laquelle chaque femme doit faire face à l’aube de la cinquantaine : l’absence de règle et le gain de taille assimilées comme la perte de sa féminité , ainsi que la réalisation d’une espérance de vie réduite à une vingtaine d’années alors qu’hier encore nous avions « toute la vie  » devant nous.

Il importe de se donner les moyens de la résoudre rapidement.
Cette crise induit nombre de troubles du comportement alimentaire (grignotage,fringales…) qui concourent à augmenter la ration calorique quotidienne.

Et je n’ai pas dérogé à la règle: sans raison apparente ( du moins je le croyais) j’ai vu ma taille s’empâter et je fus gênée par un gonflement abdominal récurant. Mais partant du principe que mon corps réagissait à des stimuli je voulais les connaître.

Cette période coïncidait avec mon quasi arrêt d’entrainements sportifs  suite à une opération chirurgicale au ventre ( occlusion intestinale ) et une blessure à l’épaule : mes aller-retour perpétuels chez le kiné m’interdisaient depuis 6 mois la reprise du sport.
J’avais aussi repris une vie en couple qui avait induit des changements dans mon alimentation : l’apéro du soir était devenu une tradition depuis que j’avais savouré un très bon whisky japonais dont j’étais devenue friande.
De plus le placard regorgeait de gâteaux secs en tout genre, mon conjoint ayant une petite fille en plein croissance.
Sans m’en apercevoir cette année là, j’avais pris 6 kilos ( dont au moins un sur le ventre )  et je m’en aperçus avec horreur en essayant désespérément d’entrer dans mon jean de l’année précédente.

Même si la cinquantaine semblait être « la vilaine », toujours d’après les mêmes amies, il était pour moi hors de question de baisser les bras, dans la mesure où je n’aurais jamais du baisser ma garde non plus.
La première phase, reprise du sport et reprise en main diététique, fut la plus laborieuse.
Après 6 mois j’étais toujours au même point, en ayant cependant supprimé l’alcool et les gâteaux secs.
J’avais repris une alimentation hyper- protéinée , puis en y incorporant du konjac réduisant ainsi mon apport calorique, mais conservant des portions importantes.
Le résultat fut minime face aux efforts déployés, et surtout après 3 mois je constatais toujours des gonflements, même si j’avais perdu 2 kilos.
Je mangeais énormément de fromage blanc et de légumes pour ne pas être affamée, restait donc leur diminution, voir suppression totale pour le fromage blanc …et là, une nette amélioration survint sur les gonflements ..enfin!

Le véritable tournant fut mon séjour en Malaisie.
Ce changement de vie impliqua non seulement un changement alimentaire radical mais aussi la reprise de mon activité sportive de manière plus intensive.

Ma nourriture était principalement à base de riz, un peu de légumes mais surtout cuits, de fruits frais, rarement de la viande rouge et peu de poulet, du poisson, du tofu et soja, et surtout JAMAIS d’alcool ni de fromage ou laitage.
J’avais aussi divisé par deux mes rations alimentaires sans en avoir eu conscience.
En l’espace de 6 mois, j’avais presque reperdu tous ces maudits kilos, mais la zone qui résistait le plus était la taille.
Une nette amélioration était visible cependant en pratiquant régulièrement des abdos et des massages sur cette zone.

Je vous laisse un outil qui peut vous permettre de connaitre le résultat journalier de votre alimentation :
calcul métabolisme de base et besoins

Je tiens aussi à insister sur la consommation d’alcool.
Même si certains certifient que boire un verre de vin par repas est bénéfique, il ne faut pas oublier qu’il s’agit de « calories vides », qu’il faudra donc éliminer ensuite.

Je vous invite à visionner la vidéo suivante qui pourra vous convaincre que l’alcool n’est pas le meilleur allié à l’arrivée de la cinquantaine.
comment être jeune à 50 ans

Il faut donc en déduire que notre corps nous rend ce que nous lui donnons au fil du temps :
notre mode de vie et notre alimentation sont directement responsables de notre prise de poids et de notre santé.
Bien sur, certaines me diront que les problèmes de thyroïdes et de dysfonctionnement quelconque peuvent provoquer un stockage anormal, mais ceux ci restent marginaux.
Pour gagner la partie il faut persévérer pour atteindre son but, écouter son corps mais ne pas le laisser aller, tester son alimentation.

Vous pouvez reprendre le sport doucement dans un premier temps, 10 mn par jour ou 30 mn un jour sur 2, pour l’augmenter sur des séances d’au moins 1H un jour sur deux, en alternant du cardio et du renfort musculaire.
Je vous laisse une série de mouvements très simples que vous pouvez faire chez vous.

IMG_5955

 

 

 

 

Abdos obliques en gainage

IMG_5963IMG_5960

exercices pour les cuisses

Capture d’écran 2015-12-15 à 11.49.57

Capture d’écran 2015-12-15 à 11.50.52

 

 

 

 

 

Cette exercice permet de travailler l’arrière des cuisses ainsi que les fessiers.

 

 

 

Pour conclure, rester en forme après 50 ans c’est rester en forme durant 50 ans.
Rien n’est jamais acquis, mais rien n’est jamais une fatalité non plus,
la direction prise ne dépendra uniquement que de vous,
et il ne sera jamais trop tard pour le faire.

Frédérique

source : Docteur David Elia

 

 

A la découverte du Batik Malaisien

Le Batik est une technique de peinture sur textile datant de plus de mille ans se retrouvant dans  plusieurs communautés d’ Afrique de l’Ouest, du Moyen Orient et d’Asie.

Afin de mieux connaitre le secret  de fabrication, j’ai voulu visiter une entreprise qui en fabriquait du côté de Batu Ferringhi.

Il va s’en dire que cette fabrication est artisanale, 100% faite main, ce qui donne aux pièces de tissus une valeur d’autant plus importante : chaque pièce est unique, même si les « petites mains » ont la dextérité et le talent pour reproduire à l’infini le même modèle.

Bienvenu dans l’atelier de fabrication.

Dans un premier temps, le dessinateur pose son dessin au crayon au préalable sur le tissus ( soie ou coton ) tendu devant lui. Son dessin se fait à main levée, certains comprendront la difficulté d’obtenir un trait ne marquant aucune hésitation.

Certains dessinateurs n’utiliseront pas de tracés au crayon mais traceront directement avec le pinceau enduit de paraffine. Celle-ci à la propriété de stopper les peintures, les maintenant à l’intérieur des contours, sans bavure.

Les peintures sont ensuite appliquées pour le remplissage : tout d’abord les zones jouxtant l’extérieur du dessin, puis l’extérieur et enfin la zone intérieure.

Il existe aussi un procédé d’impression des motifs par tampon, reconnaissable de par ses motifs récurrents sur toute la surface des tissus.

Comment différencier un Batik d’un simple imprimé?

La technique du Batik, par tampon ou dessin manuel donne un tissus coloré des deux côtés symétriquement.

La dernière phase consiste à traiter le tissus en l’imprégnant de sodium pour fixer les couleurs. Les tissus peuvent être ainsi lavés sans risque de détérioration des couleurs. Les produits utilisés ici sont des colorations chimiques.

A la fin de la visite, un petit tour à la boutique pour le plaisir des yeux : chemises hommes ou femmes, robes, jupes et paréo, les couleurs sont vives, joyeuses, les motifs chantant et lumineux ….un régal pour les yeux.

Et bien sur je n’ai pu m’empêcher de choisir une jupe portefeuille violette avec de larges fleurs blanches.

IMG_5942

Mais il y avait encore beaucoup d’autres modèles tous aussi jolis les uns que les autres.

IMG_5936 IMG_5938 IMG_5940IMG_5948 (1) IMG_5947 IMG_5949 IMG_5950 IMG_5953

Si certains articles vous plaisent n’hésitez pas à me contacter.

Frédérique

Capture d’écran 2015-12-02 à 19.41.13 Capture d’écran 2015-12-02 à 19.41.02 Capture d’écran 2015-12-02 à 19.40.47

Capture d’écran 2015-12-02 à 19.41.20

Capture d’écran 2015-12-03 à 11.33.59 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.34.18 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.34.27 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.34.43 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.34.54 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.35.04 Capture d’écran 2015-12-03 à 11.35.14

 

 

 

autre source

https://fr.wikipedia.org/wiki/Batik

 

 

mode : quelles tendances pour 2015-2016?

Comme chaque année, deux fois par an, les créateurs donnent le « la » des tendances de la mode 2015/2016.
J’ai donc parcouru avec attention les rédactions illustrant les défilés des créateurs en vogue et les best-sellers pour trouver les nouveautés 2015/2016.
Je dois avouer que cet exercice ne m’apprend rien à titre personnel ayant des gouts arrêtés en matière d’habillement, mais il est important de pouvoir suivre ces tendances lors de la sélection de modèles dans notre catalogue www.fairiescircle.com, comme le souligne ma fille, notre catalogue doit permettre à chacune de trouver son bonheur en suivant les tendances.

Il est certain que le renouveau est un art difficile, ainsi du long passer au court, puis au mi-long, puis à l’asymétrique, une fois noir, marron, rouge vif ou orange, bleu métallique ou gris anthracite, quadrillé, jacquard, petits carreaux, grosses fleurs, damier, géométrique, pastel, ton vif, dentelle, tafta, lycra, coton, tulle…le tour a été fait depuis maintenant 60 ans.

Je dois dire que les créations ainsi découvertes, furent pour moi surprenantes de par l’association des couleurs et des textures.
60 ans de mode condensé dans un seul modèle, ou l’on ne sait plus si l’on doit rire, pleurer ou s’interroger ?

Capture d’écran 2015-08-26 à 15.44.41

Ainsi donc, selon Prada, la femme se décline en un arc en ciel de couleurs, de textures et de formes?
Soyons sérieuses, Mesdames, imaginez vous porter cette tenue pour aller au bureau, lors d’une soirée entre amis?
Eventuellement pour faire la vaisselle, et encore je n’oserais pas de peur de donner mal de tête à mon entourage.
Je ne vais donc pas suivre sur ce terrain, même au prix de déplaire, car les sélections de mon catalogue sont aussi des modèles dans lesquels je peux me sentir « femme chic, classe, sexy, sage, sportive, ou décontractée » sans ressembler à un perroquet des îles.

Vous me direz, il n’y a pas que Prada qui est « faiseur » de mode.
Soit, je vais donc continuer mon feuilleton « au délà du réel »
Dans le thème des 101 dalmatiens, Henrik Vibskov nous propose pour la demi saison 2016 des gros pois en veux tu en voilà.

Capture d’écran 2015-09-11 à 17.24.14 Capture d’écran 2015-09-11 à 17.24.43 Capture d’écran 2015-09-11 à 17.24.57

Désolée, mais je ne fais pas le « pois » …préférant une combinaison plus élégante du traditionnel B&W qui joue avec les formes féminines.

Blacknwhite-front_2Blacknwhite-back_2

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour tous les fans de la « récup  » écolo, la Maison Margiela nous offre un exemple « juteux », mais aussi bucolique avec son thème « camping dans la rizière ».

Capture d’écran 2015-09-11 à 18.35.25Capture d’écran 2015-09-11 à 18.35.01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thème bucolique repris par Jean Paul Gauthier, nous remémorant notre si charmante maya l’abeille, connu des + 40 ans.

Capture d’écran 2015-09-12 à 17.07.58Capture d’écran 2015-09-12 à 17.10.21

 

 

 

 

 

 

 

Noir et or, la combinaison de la sobriété et de la lumière?

 

Topaze-rear

 

Avec ce modèle, j’ai suivi le code couleurs avec certes beaucoup moins d’audace dans la structure, n’étant pas moi même une adepte du camping.

Dans le défilé Elie Saab, la femme pâle enveloppée de voile diaphane, de perles et de brillants, n’est pas sans nous rappeler Sherazade, belle conteuse. Je n’irai pas vous raconter des histoires, n’osez même pas penser bouger dans de telles tenues au risque de plonger en avant le pied pris dans le voilage.

Capture d’écran 2015-09-12 à 17.18.15

Pour une tenue qui joue sur  le thème du jeu de la transparence et du voile, cette robe que vous pourrez porter en soirée sans vous prendre les pieds dans le tapis.
Sunday-back_2

 

 

Voici la preuve que la haute couture est de l’art, Viktor&Rolf s’en prend à la toile. Et dans le cadre de ce naufrage, nous cherchons des nouvelles de la Fornarina.

Capture d’écran 2015-09-12 à 18.16.18 Capture d’écran 2015-09-12 à 18.18.01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fifty_rear

 

Si vous êtes joueuse et pensez qu’il serait de bon ton de pouvoir vous encadrer, cette robe aux couleurs de l’abstraction qui n’est pas sans rappeler les tableaux de Sophia Delaunay.

Capture d’écran 2015-09-14 à 13.06.02

 

 

 

 

 

 

Mais la haute couture s’inspire aussi de contes et de traditions.
Il fallait « oser » chez Cardin, nous raconter Oz, dénué de toute magie, mais en gardant le croisement hybride de l’arc en ciel de la carpe et de l’épouvantail pailleux.

Capture d’écran 2015-09-14 à 13.14.36

 

 

 

 

Ou encore cette invitation à la fête, guirlande et plumes d’oie, mais j’hésite encore, tant cette image me rappelle le dernier déguisement de ma petite cousine Ernestine.

Capture d’écran 2015-09-14 à 13.38.21

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La couleur grise est tendance, soit, mais je l’aime gaie comme un sourire.

Ladysnow-zoom_2

De retour de notre voyage dans la 4 ième dimension, nous retrouvons les défilés des créateurs du prêt à porter.  Les mannequins à peine sorties de la puberté, nous devons faire un travail mental intensif pour se projeter dans les godillots de ces chères êtres formatées.

Capture d’écran 2015-09-14 à 14.23.07

 

Chez Paul&Joe, les tendances sont au gris, marron, rouge, blanc et noir, avec le retour des petits carreaux, des frous frous, du voile, du court, du long, du mi-long…aucune tendance ne sera oubliée, car en matière de mode maintenant, place à la diversité. Ce manteau long marron, donne la note de l’hiver. Que vous portiez une robe courte ou longue, il sera un cocon vous enveloppant le corps tout entier.

Par contre, chez Vanessa Seward, le manteau se porte court, plus décontracté avec un jean.

 

vanessa seward

 

 

 

J’ai sélectionné pour vous une veste drapée qui peut se porter  sur une robe classique, ou sur un jean décontracté.Cardigan-front_2
Capture d’écran 2015-09-15 à 14.13.12

Toujours dans la collection Vanesssa Seward, le classique-chic et décontracté-chic sont mis à l’honneur. Sa collection aborde plusieurs thèmes : déclinaisons autour des matières et des couleurs sur différents modèles.

La valeur sure, le jean, se porte en robe, en pantalon, en veste, en salopette.

La robe classique-chic mi longue se porte dans différentes matières et coloris : ocre, fleurie chic vert noir, soie noire chinée gris, velours noir, flanelle beige foncée.

Les ensembles jupe longue ou pantalon et veste, éternels classiques, re-visités dans les matières, et dans le look, comme cette jupe ouverte sur le devant.

Le classique-chic indémodable, que vous pouvez porter chaque année en l’accessoirisant différemment.

 

 

 Et pour finir, un petit coup d’oeil dans la galerie Desigual, avec cette robe jouant sur les motifs et les couleurs, tons de bleus, rouge, marron dans ce style si particulier connu et reconnu du créateur.

rees-front_2

 

 

 

 

 

 

 

Alors même si Desigual, reste Desigual, inimitable, je vous propose cette robe aux teintes « Desigual » pour un prix tout au moins plus abordable.

Mais n’oubliez surtout pas, après ce tour d’horizon des créateurs, que la mode… c’est vous qui la faites !

 

 

 

 

sources :

http://www.desigual.com/fr_FR/collections/nouveau/desigual-by-lacroix/page/2/

http://www.vogue.fr/defiles

http://www.fairiescircle.com

Que faire à Langkawi lorsqu’il pleut?

Nous avons prévu une semaine à Langkawi, la plus grosse île de cet archipel, ravis de pouvoir découvrir sportivement cette île, en 4×4, rhino ou même jet ski.

Mais le mois d’Aout est ici pluvieux, et même si les températures ne descendent pas au dessous de 25 °c, les balades et les randonnées dans la nature ne sont pas des plus agréables.

Comment alors occuper notre temps?

Situé près de l’Oriental Village, au départ du Skycab, le  » 3D Art museum « , le plus grand de Malaisie, est une expérience familiale inoubliable.
Sur environ 2.000 m2 de salles, un univers féerique s’ouvre à nos yeux, appelant l’enfant qui sommeille en nous.

Nous avons parcouru les yeux emerveillés et pétillants les différents thèmes.
20 Mille lieux sous les mers à la rencontre de la sirène, de Vénus pas encore sortie des eaux, de Némo sans capitaine, de la tortue centenaire et de la baleine bleue.

IMG_4956

IMG_4961

IMG_4964

IMG_4967

IMG_4981

 

IMG_4982

Cachée au fond d’une grotte, aux abords des abysses, la terrible pieuvre nous guette.

IMG_4975

Mais courageuses, nous remontons en surface, glissant avec aisance sur la déferlante.

IMG_4974 IMG_4971

La forêt Africaine nous réserve encore des surprises.
Pourchassées par un hippopotame et un gorille en colère,

IMG_4991 IMG_4994 IMG_5008

Puis attaquées par un énorme félin,

IMG_5144

nous nous enfuyons vers un point d’eau secret. pensant avoir trouvé un endroit calme à l’abri des prédateurs…

IMG_4986 IMG_4988

et là, sorti de Jurassic Parc, un Tyrannosaure ouvre grand sa gueule.

IMG_5011 IMG_5010

Nous courons, grimpons le long d’immenses bambous tel Jack sur son haricot magique pour échapper au tueur.

IMG_5016

Ce bambou s’élève immense vers une montagne magique, traversée par un torrent de lave et menant vers un château enchanté.

IMG_5033

IMG_5081

Mais un aigle royal veille sur ce château dont l’accès nous est interdit.

IMG_5087

Nous fuyons par le petit sentier fleuri, laissant derrière nous le château

IMG_5038

Traversant les montagnes, sur des chemins escarpés

IMG_5131

IMG_5017

pour arriver devant une immense muraille semblant protéger un terrible secret

IMG_5090

Un savant fou nous capture, et nous enferme dans des bulles en verre.

IMG_5046

IMG_5022

Utilisées comme des marionnettes

FullSizeRender

Nous ne devons notre salut qu’à l’intervention d’un ange

IMG_4954

D’un battement d’aile nous voilà délivrées, et posées sur un tapis volant…retour vers notre monde

IMG_5050

 

Un moment magique pour retrouver son âme d’enfant

 

Frédérique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des petits cadeaux originaux et pratiques

Lorsque vient le temps des fêtes ou anniversaires, entre copines ou en famille, on ne sait jamais quoi offrir.
On cherche le petit cadeau parfait, celui qui est original, utile et en même temps qui ne brûle pas nos économies.

J’ai donc cherché sur le net des objets qui pourraient vous sauver la mise.

Avec de l’imagination, ces clés « design » peuvent servir d’un moyen de communication originale :

Vous voulez déclarer votre flamme?
Enregistrez votre vidéo sur un coeur et envoyez dans un petit colis à votre aimé(e).

Capture d’écran 2015-07-23 à 12.31.16Capture d’écran 2015-07-23 à 12.41.20Capture d’écran 2015-07-23 à 14.29.14

 

 

 

 

Vous ne pouvez pas être avec vos parents le jour de Noël?
Envoyez le Père Noël en personne et enregistrez une vidéo avec vos enfants

Capture d’écran 2015-07-23 à 14.26.25
Capture d’écran 2015-07-23 à 14.20.45

 

 

 

 

Vous voulez offrir un voyage à vos parents pour leur 50 ans de mariage?
Mieux qu’une carte offrez cet avion qui s’envolera vers la destination de leur rêve. Enregistrez la brochure, les billets et les reservations en ligne …leur valise est bouclée.Capture d’écran 2015-07-23 à 13.47.13

Avec un peu d’imagination, vous trouverez une clé pour chaque occasion.

Même si votre amie est un espionne, vous trouverez cette broche appropriée…celle ci ne s’auto-détruira pas dans les 5 minutes.Capture d’écran 2015-07-23 à 13.55.38

Capture d’écran 2015-07-23 à 13.55.11

 

 

 

 

 

 

Frédérique

Ballade, la « French touch » de kuala Lumpur

Les définitions du mot « entrepreneur » que l’on peut trouver sur la toile, me laissent insatisfaite, car elles ne reflètent pas la véritable nature de ce mot.

Ainsi le larousse définit « L’entrepreneur » comme « figure emblématique du capitalisme commercial, industriel et financier, est à l’origine de la croissance économique, de l’organisation de la production et de l’introduction du progrès technique  »

Le Journal du net donne lui une approche plus technique : « Un entrepreneur est une personne à l’origine de la création d’une activité économique …un chef d’entreprise qui possède les compétences et la motivation suffisantes pour créer une activité économique etc. Plusieurs éléments caractérisent un entrepreneur : une implication forte dans son projet, un investissement matériel et/ou moral important, une personnalité marquée par un leadership naturel ».

Mais nulle part l’entrepreneur n’est défini comme un aventurier.

Est il différent de ces Américains quittant les villes pour se lancer à l’assaut de nouveaux espaces, qu’ils espéraient, qu’ils rêvaient plus grands, plus propices à leur développement?
Ne sachant pas de quoi « demain sera fait », ils avaient foi en un demain prospère, allant jusqu’à risquer leur vie pour vivre leur rêve.
C’étaient des « pionniers », ceux qui « ouvraient la voie », qui risquaient leur vie et leurs biens pour « entreprendre ».

Il faut reconnaître des similitudes entre les entrepreneurs et ces fameux pionniers.
Je ne parle pas ici des « hommes d’affaires », que le journal du net d’ailleurs dissocie complètement du terme « entrepreneur ».
« A la différence d’un homme d’affaires, l’entrepreneur n’est pas prioritairement attiré par la maximisation des profits, mais davantage par la pérennisation de son activité. »

A l’image de ces pionniers, deux femmes Françaises, Aurélie et Gwendoline ont lancé leur marque de sandales « French Touch » nommée « Ballade » à Kuala Lumpur.
ballade-shoes1
Parties de rien, elles ont en six mois crée leur première collection de sandales « faites main » en combinant le savoir faire local avec les exigences de qualité française.
Ainsi “loin de la production de masse faite en usine, chaque article est le résultat d’un travail minutieux et artisanal. Et nous portons une attention toute particulière au fait que chacun de nos fournisseurs travaille dans de très bonnes conditions“.

Il leur a fallut du courage et de la persévérance pour donner naissance au prototype de leur première sandale.

« Tout s’est fait “au compte goutte“ se remémorent-elles. Le premier contact a mené vers le premier fournisseur qui amené le vendeur de peausserie, et les choses se sont ainsi enchaînées. Et puis est arrivé le premier prototype de chaussures, un modèle que l’on retrouve en vente aujourd’hui même s’il a sensiblement évolué. Ce jour-là a été une “bouffée de bonheur“ pour les deux jeunes femmes qui disent qu’elles ont alors réalisé avec ravissement que cela était possible. “A partir de là, beaucoup de portes se sont ouvertes“ expliquent-elles. »
Extrait Lepetitjournal.com

Depuis 2014 elles ont fait du chemin, puisque leur collection est connue jusqu’à Singapour, en passant par Hong-kong, les pays-bas ou la Chine.
10551465_771470272917170_3342106510789828517_o

Elles nous ont montré qu’être entrepreneur, c’est un mélange de foi, d’inconscience et de pragmatisme.
Voir la réussite où d’autres ne verront que l’échec, voir l’opportunité ou d’autres ne verront que l’incertitude.
Rien n’est gagné d’avance, mais rien n’est jamais perdu non plus, et l’entrepreneur ne voit pas la montagne immense qu’il doit franchir mais seulement la plaine verte de l’autre côté.

Frédérique

Pour les contacter:
balladeshoes@gmail.com
https://www.facebook.com/Balladeshoes

Créer sa propre e-boutique

Le commerce par internet est en plein essor depuis plusieurs années et les prévisions pour les prochaines années annoncent un développement exponentiel.

Capture d’écran 2015-07-07 à 11.42.08

Capture d’écran 2015-07-07 à 11.42.57
La création d’une boutique est une idée séduisante pour tous ceux qui désirent acquérir une autonomie financière, détachée d’un contrat salarié.
Mais l’exercice s’avère difficile car le parcours est semé d’embûches. Il existe un bon nombre de  » littératures  » donnant moult conseils
(payants bien sur) dont le foisonnement indique par lui même l’intérêt croissant que suscite le sujet.

Attendez vous à devoir faire face à plusieurs problématiques technique, juridique, marketing et financière.

Et si vous pensez qu’il ne vous en coutera rien, détrompez vous aussi, cela nécessitera des heures innombrables de travail préliminaire,
de suivi, ainsi qu’un investissement financier.
Si vos pensez qu’il s’agit d’argent facile, alors je vous arrête tout de suite, inutile de perdre votre temps.

I) Marketing

Il existe une ribambelle de bouquins qui traitent du sujet : entre les essais « théoriques » de ceux qui n’ont jamais fait du commerce
mis à part vendre leurs livres, et ceux qui ont de l’expérience mais qui ne vous dévoileront pas toutes les clés de leur réussite,
soyez certains que le seul en qui vous pouvez avoir confiance, c’est vous même….et votre aptitude a analyser et comprendre les techniques
de commerce.

Vendre PEUT être une activité lucrative, soit, encore faut il savoir Quoi vendre, A qui le vendre, et Comment le vendre.

Les deux premières questions sont liées, car inutile de se lancer dans la vente d’un produit s’il n’existe aucun acheteur potentiel.
Certes, des marques ont crée le besoin, mais vous n’avez ni le temps ni le budget marketing de ces sociétés.
Sachez aussi que moins un produit est connu, plus est difficile de le vendre, mais tout autant, plus il est connu, plus il y a de concurrence…
et plus il est difficile de le vendre :
il faut donc se rendre à l’évidence, quelque soit la situation, vendre n’est pas une activité « facile ».

Il existe des B-A-BAS fondamentaux, notions dont vous avez sans aucun doute entendu parler.
l’étude de marché est une étape cruciale pour aborder l’analyse de son projet.
Je ne vais pas ici développer le sujet, car déjà traité dans des articles disponibles gratuitement sur le net.

on peut citer :
Comment faire une étude de marché
Le coin des entrepreneurs
APCE : l’étude de marché

Personnellement, j’ai fait un très mauvais investissement en achetant le « V.A.D.O.R  » pensant acquérir un trésor de conseils
et me retrouvant avec des pages de banalités et autres formes de conseils déjà prodigués ailleurs.

Donc en résumé, après vos lectures sur le sujet, vous savez que cette étude de marché vous permet d’évaluer la demande de votre produit
par une catégorie de consommateurs, dans un contexte économico-juridique définis.

Cette étude est préliminaire avant toute autre analyse, car elle va vous permettre de définir VOTRE concept de vente,
définir les marges produits, définir votre business plan financier et en conséquence la viabilité de votre projet.

II) Aspects Financier et juridique

Le point financier est le nerf de la guerre.
Sans argent, une idée de génie ne restera qu’une idée de génie dont vous seul en aurez l’exclusivité.
Bien sur avec des nuances en fonction de votre projet, de votre concept.
Vous voulez vendre/acheter, il faut donc prévoir l’avance du stock de départ.
Vous voulez vous lancer dans le dropshipping, il vous faudra avoir testé tous les produits avant, et donc les acheter.
Vous voulez utiliser un réseau MLM déjà renommé, l’investissement sera minimum, mais il correspond au moins au stock de démonstration.

A cela s’ajoute les frais inhérents au fonctionnement de votre activité.
Quel statut juridique?
Société commerciale, indépendant, VDI?

Par expérience, mieux vaut démarrer « petit » si vos finances ne dépassent pas les mille euros.
Un statut de VDI, dans un premier temps peut vous familiariser avec la vente si c’est votre première expérience.
Bien sur , me direz vous, vous ne vendez pas VOS produits, mais vous commencez à vous créer UN RESEAU.
Et le réseau, dans le marketing web, c’est la pierre angulaire.

La création de société implique des frais administratifs, juridiques et fiscaux, sans parler des obligations légales régulières.
Pour connaître les différents statuts et leurs conséquences légales et comptables, je vous laisse parcourir les documentations
déjà en ligne.

Les différents statuts juridiques

Comme je l’ai déjà cité précédemment, ma valeur ajoutée dans cet article ne réside pas dans le « rapportage  » de données ou d’informations déjà disponibles sur le net, mais de vous aider avec mes quelques années d’expériences de gestion et de créations d’activités et de formes juridiques.

Personnellement, j’opte pour la SASU pour des questions bassement matérielles et en éliminant les SARL ou EURL et entreprises individuelles.
En effet, pour l’heure, la seule société pour laquelle l’actionnaire principal et dirigeant bénéficie encore du régime général de la sécurité sociale est la SAS ou SASU.
Sachez qu’en tant que directeur d’une SASU, vous ne supporterez aucune cotisation sans salaire.
Vous cotiserez au régime général de sécurité sociale, beaucoup plus favorable que celui du RSI.

statut social dirigeant SASU ou SAS

Ce qui n’est pas le cas d’un gérant majoritaire de SARL ou EURL, encore moins d’un entrepreneur individuel.
Toutefois cette société est dans le viseur des législateurs, donc nous devons nous attendre à un réajustement de ce statut dans un futur plus ou moins proche.

Dans tous les cas de figure, il vous faudra apprendre les rudiments de la comptabilité, de la fiscalité, voir du droit social,  et surtout la législation en matière de vente à distance.

Obligations légales vente en ligne

III) Techniques

A) choix de votre nom de domaine

Ce nom est très important car il doit refléter votre activité, se démarquer de vos concurrents, être identifiable par une recherche internet.
Pour ne prendre que mon exemple (autant qu’il puisse servir ), j’avais initialement opté pour le nom Fairies Circle, « le ronde des fées »
imaginant que cette boutique donnerait le coup de baguette magique de cendrillon.
Le logo était trouvé et correspondait parfaitement au nom

logo fee

Le problème, c’est que je n’avais verbalisé ni le concept, ni l’activité de la boutique.
Et même si le nom me semblait séduisant, il n’en n’était pas plus vendeur.
Aussi j’ai non seulement modifié le concept mais illustré ce dernier dans le nom en l’appelant Le dressing de Frédérique
La différenciation par rapport aux autres boutiques virtuelles était que celle ci était rattachée à une personne physique,
s’engageant à vendre des articles testés et sélectionnés pour leur meilleur qualité/prix.
J’ai conservé le nom de Fairies Circle, en le re-dirigeant sur le nouveau nom, afin de ne pas perdre les quelques mois de travail de référencement.
Car rien ne vous empêche d’opter pour plusieurs noms de domaine et d’effectuer des re-directions.

B) Définir votre concept

Ce point est concomitant avec le choix du nom de domaine.
En quoi votre boutique est différente des autres ?
Quels articles ou services propose t elle ?

C) choix de votre hébergeur et de votre boutique

Personnellement j’ai opté pour la boutique Prestashop.
Je n’ai aucun intérêt financier, ni autre, à vous le soumettre, simplement il ressort bien placé sur tous les forums que j’ai consulté.
J’ai débuté sur une boutique standard gratuite, mais je me suis vite rendue compte que cela manquait de « professionnalisme ».

Aussi, j’ai rapidement basculé sur un modèle payant et beaucoup plus paramétrable.
Là encore, l’utilisation des fonctions du back office vous demanderont de nombreuses heures d’apprentissage si vous êtes autodidacte.
Pour les nuls en informatique, précipitez vous chez votre meilleur pote qui est un as de l’informatique, car à part prendre les formations proposées par Prestashop, ce sont plutôt des nuits d’insomnies auxquelles vous devez vous attendre.

En ce qui concerne l’hébergeur, il est important d’afficher la longévité de son site au yeux du tout puissant Google. Si vous prenez un abonnement minimum d’une année, sachez que les nouvelles normes de référencement tiennent compte de ce critère.
Donc là aussi, ne jouez pas les « économes » cela vous portera préjudice.

Une fois toutes ces étapes franchies, vous n’êtes cependant pas au bout de vos peines.
Vous allez devoir affronter l’épreuve du « référencement ».

IV) Le référencement

Là aussi, vous trouverez de nombreux ouvrages traitant de ce sujet.
En résumé, il existe principalement deux types de référencement : le référencement dit naturel, et le référencement payant.

Le référencement naturel prend en compte plusieurs paramètres, dont la qualité de votre contenu.
Il est donc important que vous preniez soin de rédiger du texte pour tous les articles que vous proposez à la vente.

Pour exemple :
Vous vendez une nuisette en dentelle. Ne vous contentez surtout pas de mettre simplement un titre, et une description ultra simplifiée, mais plutôt votre argumentaire de vente, comme « Une nuisette sous le thème du romantisme, avec son jupon en voile et sa dentelle blanche ».

Un autre élément pris en compte est la qualité des liens qui pointent vers votre site.
Ainsi, lorsqu’un blogger(se) mentionne votre site dans un des ses articles, il « pointe » vers votre site.
Bien évidemment, il faut que le blogueur en question ait une « notoriété » sur Google, qu’il ressorte lui même dans le top 20, voir 30.
Vous comprendrez donc pourquoi certains blogger « monétisent » leur site, traduction: gagnent de l’argent en faisant votre pub.
Il n’est alors plus question de référencement naturel, mais d’un référencement officieusement payant.

Par contre votre présence dans les annuaires professionnels gratuits n’est plus un critère de la « qualité » de votre site pour Google.
Evitez donc de vous inscrire tout azimut, vous n’en tirerez aucun bénéfice, voir cela nuira au bon référencement de votre site.

Il est vivement conseillé de lié un blog à votre site pour créer un contenu attractif.
Vous pourrez y décrire vos produits, faire des comparatifs, parler de la mode, bref, donner de la « vie » à votre site.

Un détail important pour le référencement naturel, c’est qu’il prend du temps.
Alors si vous êtes pressé(e), vous pouvez choisir le référencement payant.

Plusieurs fournisseurs proposent ce service dont bien sur Google par son Adwords.
La difficulté réside ici dans l’analyse et la détermination des mots clés de votre site.
Si vous êtes un(e) néophyte vous risquez de payer très cher une campagne qui n’aboutira pas si vous ne connaissez pas les BONS mots clés.

Autre possibilité, la publicité sur Facebook.
La création d’une page vous permet d’informer vos contacts de toute l’activité de votre boutique.
Elle est entièrement gratuite, mais là encore, il vous faudra de la patience et un contenu de qualité pour attirer les internautes.
Vous pouvez aussi payer votre campagne de publicité en fixant un budget maximum, une plage de date, et des critères propres à votre cible client :
l’âge, le sexe, la géolocalisation.
Là encore aucune garantie de résultat.

Vous comprenez maintenant, pourquoi créer un e-boutique n’est ni gratuit, ni gage de rentabilité.
Que cette création est le fruit d’un long travail de patience.
Pour un dernier conseil, je vous encouragerais à combiner l’expérience de la e-boutique avec la relation humaine.
La difficulté réside dans le fait que vos futurs clients ne vous connaissent pas, ils ont besoin d’avoir CONFIANCE en vous.
Dans un premier temps soyez le porte parole de votre boutique dans votre environnement proche, votre famille, vos amis, vos collègues.
Jouez les VDI, montrez que vos produits et vos services sont de bonne qualité, que votre boutique est « sérieuse ».
Les petites rivières faisant les grands fleuves, votre patience et votre sérieux seront récompensés au long terme.

 

Week end à Singapour

Nous avons décidé de partir un week end découvrir Singapour.
Cette ville est le symbole même de l’ascension prodigieuse d’un pays qui,
hier encore, n’était qu’une colonie Anglaise.
Devenu indépendant en 1965, Singapour est devenue une puissance financière,désireuse de développer sa position commerciale exceptionnelle à l’entrée du détroit de Malacca.

Nous ne pouvions séjourner ailleurs que dans l’incontournable Marina Bay Sands Hotel, symbole de la grandeur de cet ville-Etat.
A notre arrivée, nous avons eu la surprise d’être surclassés, et de pouvoir vivre un jour et une nuit, dans la peau d’un « nanti ».
A peine nos valises posées, nous sommes partis visiter en city-bus la ville, impressionnés par le mélange des genres et des couleurs.

Le soir, nous regardions depuis notre terrasse le soleil doucement disparaître, lorsque nous avons eu la chance de voir un spectacle aérien,
et feux d’artifice pour fêter le cinquantenaire de l’indépendance de Singapour.

Une nuit, c’est bien court.
le lendemain matin nous avons parcouru encore la terrasse du 57ième étage pour admirer une dernière fois le panorama magnifique sur la ville.

De ce point de vue le jardin Gardens by the bay semblait reposant pour attendre notre départ.

En espérant vous avoir donné envie de visiter cette ville singulière.

Frédérique